Paul Valéry


 
 
La lune mince verse une lueur sacrée,
Toute une jupe d’un tissu d’argent léger,
Sur les bases de marbre où vient l’Ombre songer
Que suit d’un char de perle une gaze nacrée.
 
Pour les cygnes soyeux qui frôlent les roseaux
De carènes de plume à demi lumineuse,
Elle effeuille infinie une rose neigeuse
Dont les pétales font des cercles sur les eaux…
 
Est-ce vivre ?… O désert de volupté pâmée
Où meurt le battement faible de l’eau lamée,
Usant le seuil secret des échos de cristal…
 
La chair confuse des molles roses commence
À frémir, si d’un cri le diamant fatal
Fêle d’un fil de jour toute la fable immense.
 
 
 
 
L’esile luna versa un sacro lume,
Un velo tessuto d’argento leggero,
Sui gradini di marmo ove l’Ombra viene a sognare
La scia di seta iridata d’un carro di perla.
 
Per i morbidi cigni che sfiorano i canneti
Con carene di penne quasi luminose,
Sfoglia infinita una rosa di neve
I cui petali fanno dei cerchi sull’acqua…
 
È vivere, questo?… O deserto di estasiata voluttà,
Dove dell’acqua lucente il debole palpito muore,
Logorando l’arcana soglia degli echi di cristallo…
 
Freme la carne confusa delle tenere rose
Se d’un grido il diamante fatale
Con un filo di luce l’immensa favola incrina.
 
 
Traduzione di Massimo Cescon
 
 
 
 

Vota l'articolo
[Voti: 1 Media: 5]

VEDI ANCHE